Parcours entre Renaissance et art contemporain

Voyage à Oiron

Du 16 au 19 décembre 2014, 46 élèves de 2nde4, 1re L1 et TL1 sont partis deux jours pour un virée culturelle et artistique au Château d’Oiron en Haute Loire.
La particularité de ce château de style Renaissance réalisé selon des plans similaires à celui d’ Écouen, est d’abriter depuis 1989 une collection d’art contemporain conçue spécialement pour le lieu et la reconstitution d’un cabinet de curiosités en hommage à son propriétaire Claude Gouffier, amateur d’art du 16 ème siècle.

Ces deux jours furent l’occasion d’une découverte du château, de sa collection et d’une participation à un atelier artistique choisi parmi trois proposés et conduit par une artiste.

Un groupe d’élève de 1re et terminale participa à l’atelier multimédia accompagné de Monsieur Haine, professeur d’anglais. ils réalisèrent de petites animations vidéo en se familiarisant avec un application informatique créée par l’artiste pour cet usage. Mêlant réalité et fiction, ils prélevèrent des éléments dans les lieux du château et inventèrent des figures fantastiques ou des scénarios délirants.

Un autre groupe d’élèves de 1re et terminale accompagné de Madame Salaris, professeur de philosophie participa à un atelier performance, installation in situ en partant de mots et en jouant avec leurs définitions trouvées dans le dictionnaire.

Le 3e groupe constitué d’élèves de 2nde4, accompagné de Madame Dié, professeur d’arts plastiques, participa à un atelier, centré sur l’exotisme du regard, les invitant à créer, à partir d’objets observés dans les collections, des objets ou images qui témoigneraient de ce regard multiple entre passé et présent, ici et ailleurs.

Entre ces deux jours nous fûmes hébergés située à quelques kilomètres du château, au Domaine du Châtelier, ancienne ferme restaurée pour accueillir des collectivités et qui est aussi centre d’équitation hébergeant poney et chevaux en semi-liberté.

Ce fut donc pour nos élèves gonessiens un dépaysement assuré et un voyage de deux jours intense et profitable malgré un trajet un peu long. Ceci d’autant plus que la grève de chauffeurs de taxi au départ de Paris nous a bien rallongée le temps de l’aller en écourtant notre visite du château à l’arrivée, au plus grand désespoir de tous.

Voir en ligne : Chateau d’Oison

Partager cette page