L’utilisation d’une misère sociale et économique dans les médias

I La représentation d’une réalité

 

Cette image nous montre une réalité touchant une partie de la population mondiale, la « misère sociale et économique ». C’est un fait parfois oublié par la population plus « aisée » qui préfère dans certains cas fermer les yeux sur ce qui se passe dans ces pays du tiers-monde. Il n’est pas rare de voir des reportages sur ces pays, montrant des personnes amaigries et malades, histoire de rappeler aux plus chanceux que la misère existe. Ces images sont le plus souvent diffusées par des ONG qui ont besoin de dons pour améliorer au mieux les conditions de vie de ces personnes. Ces reportages se veulent représentatifs de la réalité, et donc de plus en plus « violent », touchant les gens le plus possible. C’est là qu’interviennent les acteurs et autres artistes faisant partie d’actions humanitaires.

 

 

II. La célébrité au service des ONG

 

Sur cette image nous pouvons voir l’actrice Angelina Jolie, connue pour ses films mais également pour son engagement humanitaire. Cette notoriété peut ainsi être mise au service des ONG. Celle-ci incite aux dons, pouvant parfois rendre ces reportages plus « intéressants » pour certaines personnes. Pour moi, cela est déplorable, puisque nous n’avons pas besoin de tel ou tel acteur pour nous intéresser à ce qui se passe dans d’autres pays. Mais, il faut reconnaître que leur présence attire à chaque déplacement une horde de journalistes qui diffuseront dès le lendemain les photos prises d’une actrice rendant visite à des enfants. Mais, nous sommes en droit de nous demander si ces actions n’ont pas pour l’artiste un intérêt personnel.

 

III Des enjeux personnels

 

 

Ces présences constantes lors des missions humanitaires peuvent laisser penser à un but médiatique, selon les esprits les plus sceptiques vis-à-vis de cette solidarité. Il est ainsi assez courant de lire ou d’entendre des critiques à propos de ces célébrités s’affichant devant les journalistes entourées d’enfants, nourrissant une partie d’une population. En effet, certains trouvent malsain l’utilisation constante de cette misère au profit de personnes connues. La question est de déterminer s’il vaut mieux laisser ces stars sous les flash des photographes incitant ainsi aux dons, ou ne plus les montrer, et risquer que certaines personnes s’intéressent moins aux conditions de vie de ces populations.

 

 

Morgane.

Partager cette page