journal philosophique n°1

La manipulation et ses pièges

La manipulation désigne l’emprise d’une personne sur une ou plusieurs personnes pour un contrôle des sentiments et des actions. Le mot manipulation vient d’ailleurs du français moyen-âgeux : « manipulare » signifiant « conduire par la main ». Celle-ci peut prendre deux formes : je peux être manipulé par quelqu’un, mais il existe aussi une auto-manipulation.

 La manipulation de fonctionne qu’à deux conditions :

-Premièrement, la personne est inconsciente que celle-ci est opérée comme l’ont écrit les psychologues français Robert-Vincent Joule et Jean Léon Beauvais, ou alors l’esprit peut se jouer des tours lui-même.

- Ensuite, celle-ci ne s’opère que si l’individu se fixe un but à atteindre. Lorsqu’on est manipulé, on a l’impression que chaque fait nous rapproche du but, alors que la réussite n’est pas certaine. Toute manipulation me pousse à m’engager dans un « processsus de dépense » sans limite et qui ne s’arrêtera que si l’individu y met un terme car il ne s’est fixé aucune limite au départ. Car, comme le disent Joule et Beauvais, « le comportement repose parfois sur une décision qui, en vérité, n’en est pas une ».

 Il existe alors plusieurs techniques pour parvenir à faire prendre des décisions à des individus sans les contraindre, ni les persuader, comme la « porte–au-nez » qui consiste à « demander énormément à quelqu’un afin d’en obtenir peu », ou encore l’inverse, le « pied dans la porte », qui consiste à « demander peu afin d’obtenir beaucoup ».

Toutes ces techniques de manipulation, qu’elles soient exercées par une personne ou dûes à un piège de l’esprit prennent sources dans la théorie de « l’effet de gel » énoncée par Hubert Lenwin dans les années 40 : « les gens sont consistants dans leurs décisions ». C’est-à-dire qu’ils ont un comportement déterminé en fonction des circonstances, puis s’y tiennent. Il faut donc adapter la technique de manipulation en fonction du ou des manipulés. Cela est d’autant plus efficace que « l’effet de gel nous enseigne que (…)nous nous retrouvons piégés par nos propres décisions ».

 Cependant, les techniques de manipulation, même si elles sont plus fiables que l’argumentation ou la contrainte, ne sont pas totalement efficaces, car il est impossible de prédire le comportement d’un individu, et donc de le contrôler tout à fait , car chaque individu se forge sa propre interprétation de la réalité.

 

 

 Assia, 1L1

Partager cette page