journal philosophique n°1

Les émotions et la raison.

Les émotions prennent une place de plus en plus importante dans nos vies, en effet elles déterminent la plupart de nos comportements et sont bel et bien au coeur de notre système cognitif. Elles sont indissociables de nos pensées et de nos comportements, et impactent, au quotidien, notre mode de communication. Sans les diverses émotions que chacun ressent , l’Homme serait vide est sans réelle raison d’exister, il mènerait une vie monotone. Cependant elle doivent impérativement être modulées par l’analyse rationelle, c’est donc à ce moment là qu’intervient la raison. Il est souvent considéré comme indécent de ne pas maintenir sa colère, ses peurs, sa tristesse. Toute manifestation émotionelle incontrolée est jugée inconvenante, infantile, voire ridicule, elle pourra être perçue comme une marque de faiblesse ou de fragilité psychologique. Ceci nous contraint donc à contenir nos émotions.
L’esprit dialogue avec le corps, on peut le constater dans nos relations sociales avec par exemple les expressions faciales qui sont révélatrices de nos divers états d’esprit. 

Les émotions de chacun prennent diverses formes, par exemple la passion, une émotion qui mobilise toute l’attention, envahit toute les pensées et oriente l’individu. La motivation qui pousse celui qui la ressent à atteindre un objectif ou réaliser une activité. L’émotion peut aussi prendre la forme d’une pulsion qui est défini comme une poussée, une action définie par l’inconscient.

Ici encore il faut sans cesse maîtriser et prendre le dessus sur ces divers sentiments qui nous traversent. L’esprit et la raison doivent reprendre le contrôle pour déterminer la réponse appropriée à la situation.

En conclusion les émotions ont une place essentielles dans notre vie et sont une des base de notre développement mais elles ne sont pas tout et il y a en nous bien d’autres aspects à prendre en compte, c’est pourquoi nous ne pouvons pas nous laisser guider que par elles au risque de nous retrouver là où nous ne voulons pas forcement aller.

Camélia, 1L2

Partager cette page