journal philosophique n°1

Pourquoi l’Homme ne perçoit-il pas son corps tel qu’il est , et pourquoi est-ce problématique

Pourquoi l’Homme ne perçoit-il pas son corps tel qu’il est , et pourquoi est-ce problématique ?

 
 

 L’enfant possède sur son propre corps une connaissance , une représentation et un vécu , ce regroupement de facteurs est appelé : schéma corporel , il indispensable pour qu’il construise sa personnalité.

 En 1923 , un neuropsychiatre viennois Paul Ferdinand Schilder met en œuvre ce terme de « schéma corporel » après avoir découvert l’ensemble d’informations sensorielles et cénesthésiques créées par le corps.

 Ce schéma corporel se situe à la fois du côté corporel et du côté de la conscience. C’est ainsi le résultat d’informations sensorielles extéroceptives c’est à dire visuelles , auditives puis tactiles et des informations proprioceptives , relatives à la cénesthésie : un sentiment vague que l’on a dans une partie ou tout son corps , et aussi à la kinesthésie : une perception consciente de la position et des mouvements des différentes parties du corps.

L’explication de l’acquisition du schéma corporel chez l’enfant

 Lorsque un enfant naît il ne connaît rien du monde qui l’entoure. Il ne connaît rien de sa propre anatomie , le schéma corporel s’élabore progressivement au cours du développement du corps :

  • Jusqu’à ses 3 mois l’enfant possède des informations sensorielles qui ne sont pas coordonnées.
  • A partir de ses 6 mois il commence à intégrer sa perception visuelle , tactile et kinesthésique. Ses perceptions visuelle et tactile des objets lui permette de reconnaître les différentes parties du corps.
  • Henri Wallon , neuropsychiatre français , parle de « motilité intentionnelle » projetée vers l’objet qui apparaît à partir de 1 an. L’enfant distingue mieux son corps de l’espace l’entourant. Sa motricité est tournée vers un but précis et est significative. Cette évolution est vérifiée par la versification : à 6 mois il s’est s’asseoir , à 9 mois il se tient debout et entre 12 et 16 mois il marche .

 

 Le schéma corporel a pour base l’acquisition des déplacement autonomes , ensuite viendra l’acquisition du langage. Il atteint un premier niveau symbolique élaboré par l’apparition de la dominance latérale fixée entre 5 et 6 ans.

 Le rôle que joue le miroir

L’enfant est capable de comparer , les sensations issues du monde extérieur et celles issues de l’intérieur avec son propre corps vers l’âge de 6 mois . Il peut aussi distinguer le présent et le passé.

Lorsqu’il se voit dans le miroir , le bébé ne sait pas encore qu’il se voit lui , pour lui il s’agit d’un autre bébé exactement fait et habillé comme lui.

Pour comprendre , il va devoir rassembler des traits de son corps qu’il perçoit initialement , après cela il comprend qui ’il voit et cela le rend heureux et fasciné par lui même.

 Au début , lorsqu’il voit sa mère dans le miroir , il pense qu’elle est double , il est donc obligé de la regarder en vrai. Une fois qu’il arrive à se voir lui même , il comprend que sa mère est donc unique bien qu’il est mette encore un peu de temps avant de la reconnaître complètement.

 Vers 8 mois , l’enfant va toucher son image vue dans le miroir , vers 1 an il obtiendra une réalité plus symbolique : grâce à ce qu’il voit dans le miroir , il va toucher quelques parties de son corps maladroitement. A partir de 16-18 mois , il va développer cette expérience par des comparaisons entre l’image et son corps réel. Cette expérimentation va lui permettre d’accéder symboliquement à son image mirée.

 L’expérience du miroir est donc utile au développement de sa personnalité.

 Les troubles du schéma corporel

Un mauvais schéma corporel peut entraîner un trouble de la structuration spatiale c’est-à dire une mauvaise latéralité et des difficultés à se repérer dans l’espace. Lorsqu’un enfant est malade (autiste par exemple) cela perturbe l’image qu’il a de son corps.

Durant l’adolescence des perturbations de l’image du corps peuvent être présentes dues aux transformations corporelles. L’anorexie et l’obésité son deux grandes perturbations de l’image du corps.

L’anorexie apparaître chez les filles de 14-15 ans par peur de grossir ou par recherche de la minceur absolue. Le fait de maigrir revient à réduire les désirs du corps et constitue un refus des transformations pubertaires. L’obésité peut apparaître chez les enfants dès leur plus jeune âge. En fonction du sexe elle est interprétée différemment. Cette obésité va causer de forts trouble au schéma corporel.

 

Chez l’enfant , le schéma corporel est fondé par une coordination entre : la connaissance de son propre corps ; ses relations avec les autre ; la latéralité ; l’orientation et la structuration spatio-temporelles. Si ce schéma est mal élaboré , au niveau de sa perception : il aura du mal à s’adapter et à apprendre ; à suivre un rythme stable , il aura aussi du mal pour l’écriture… il y aura donc un déficit de la structuration spatio-temporelle. Il peut aussi y avoir du côté de sa motricité , une maladresse et une incoordination à l’orale et à l’écrit . Enfin au niveau sociale , il sera sujet d’inhibition , d’insécurité et d’agressivité : il aura des difficultés à construire des connaissances et d’autres dues à l’absence d’interaction avec les autres.

 

Luidivine, 1L2

Partager cette page