Comment trouver des informations fiables sur le Coronavirus ?

Il vous suffit de cliquer directement dans l’image sur les différents logos des institutions/organisations !

 

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

 

 

ON PEUT TOUJOURS ÉCRIRE, ON PEUT TOUJOURS LIRE… PLATEFORME DE PARTAGE D’ÉCRITURES / LECTURES

En cette période de confinement le blog “on peut toujours écrire, on peut toujours lire” à destination des élèves et enseignants, a été initié par l’académie de Versailles.

Ce site propose aux élèves et aux enseignants d’écrire et lire en cette période de confinement où l’écoute de l’autre, le partage et la solidarité sont plus que jamais nécessaires.

Voilà pourquoi s’ouvre un espace de partage d’écriture sous la conduite d’écrivains, et de lecture de textes proposés par ces auteurs.

Professeurs et élèves trouveront sur le blog, « Mon printemps 2020 : se souvenir de…, On peut toujours écrire…, On peut toujours lire.. » accessible à l’adresse suivante  : http://www.onpeuttoujours.ac-versailles.fr/

– deux propositions d’écriture postées deux fois par semaine par des écrivains. Ces propositions  pourront donner lieu à  de courts écrits, de brèves capsules audio.

– une page dédiée à la lecture nommée le Cercle des lecteurs nomades, comportant une liste de livres libres de droit et gratuits (pour cette raison essentiellement patrimoniaux), ainsi qu’un espace de commentaires et de partages pour les lecteurs.”

Isabelle Antoine, Professeure-documentaliste

Ciné-Club : analyse du film Donnie Darko

Par Souffrant Delphine, élève en terminale littéraire

Contexte

Avec le club cinéma du lycée René Cassin je suis allé voir Donnie Darko, film réalisé par Richard Kelly, sorti en France le 30 janvier 2002 . L’acteur principal est Jake Gyllenhaal (Zodiac, Prisoners) dans le rôle qui l’a révélé au cinéma.
Nadège Ammouche (responsable jeune public au cinéma Jacques Prévert de Gonesse) m’as parlé de ce film sur l’adolescence qui l’avait énormément marqué, alors lorsque j’ai appris que ce film était diffusé au cinéma dans le cadre du ciné-club du lycée j’en ai profité.
Après 45 minutes (durée exagérée, ndlr) de marche entre le lycée et le cinéma avec le professeur-documentaliste qui nous disait qu’on était arrivé dans 5 minutes toutes les 5 minutes, je me suis dit qu’il avait intérêt à être bien ce film et a la hauteur de la publicité qu’on m’en avait faite.

Le film

Donnie Darko raconte l’histoire d’un adolescent normal a priori, qui vit dans une famille parfaitement dans la norme des banlieues américaines. Le seul problème de cet ado, c’est son mental. Il souffre de noctambulisme et d’hallucinations visuelles et auditives. Bien qu’il y ait une facette de ce personnage totalement malade, délirante et très dérangeante par moments, on s’attache à ce personnage. On s’attache à sa partie qui fait écho à un ado que nous sommes ou étions tous. En rébellion contre certains personnages qui manipulent leur entourage pour imposer une manière de voir le monde. En demande d’écoute de la part de certains adultes qui le feront à moitié car déjà conformés par la société qui impose un certain comportement sous la pression d’une majorité bien pensante. Cependant lors de ses phases délirantes Donnie n’as plus de limites et on ne sait plus sur quel pied danser. Car ses actions frauduleuses permettent de faire jaillir une vérité. On ne sait pas si on doit lui dire de s’arrêter ou de continuer. C’est l’excès, la démesure selon moi de la jeunesse qui veut faire le bien sans trop savoir comment. Comment utiliser ce temps qui nous file entre les doigts.

S.D.

 

Relecture, correction, édition : M. Atgé, responsable du ciné-club et professeur-documentaliste.

Nouveautés Science-Fiction au CDI

Nouveau !!

L’intégralité du cycle “Fondation” d’Isaac Asimov est disponible au centre de documentation du lycée.

Découvrez le plus emblématique des space-operas de toute la littérature de science-fiction…

Fondation :

En ce début de treizième millénaire, l’Empire n’a jamais été aussi puissant, aussi étendu à travers toute la galaxie. C’est dans sa capitale, Trantor, que l’éminent savant Hari Seldon invente la psychohistoire, une science nouvelle permettant de prédire l’avenir. Grâce à elle, Seldon prévoit l’effondrement de l’Empire d’ici cinq siècles, suivi d’une ère de ténèbres de trente mille ans. Réduire cette période à mille ans est peut-être possible, à condition de mener à terme son projet : la Fondation, chargée de rassembler toutes les connaissances humaines. Une entreprise visionnaire qui rencontre de nombreux et puissants détracteurs…

 

Mais découvrez également Alain Damasio, Stefan Wul et Hugh Howey :

Les Furtifs

Les Furtifs est un roman de science-fiction écrit par Alain Damasio et publié aux éditions La Volte en 2019. Dans un futur proche livré au capitalisme cognitif, le roman décrit la quête d’un père à la recherche de sa fille, qu’il croit avoir été enlevée par les furtifs, des créatures à la grande vivacité et quasiment invisibles. Le roman a reçu des critiques positives relatives à la richesse du vocabulaire et de la typographie et à l’univers dystopique dépeint.

Niourk

Dans le monde de Niourk les hommes, fuyant une catastrophe nucléaire d’ampleur apocalyptique, ont abandonné la Terre pour partir en exode sur Vénus. 500 ans ont passé, quelques hommes restés sur place sont retournés à l’état primitif et se sont organisés en tribus, leurs mythologies étant fomentées sur les vestiges de l’ancien monde. Sur les hauteurs de l’ancien monde, pris dans les neiges éternelles, se dressent les vestiges des grandes villes désertées mais dont certains mécanismes automatisés – défiant le temps – fonctionnent encore partiellement, étant ainsi source potentielle de danger pour le voyageur imprudent.

Outresable

Depuis des siècles, le sable a tout englouti. A la surface, battu par les vents et harcelé par des dunes mouvantes, un nouveau monde essaie tant bien que mal de survivre. A sa tête, les plongeurs, une petite élite qui descend toujours plus profond à la recherche des artefacts de jadis, prisés comme autant de trésors. L’un de ces plongeurs s’apprête à partir à la recherche de Danvar, la cité mythique objet de tous les fantasmes. Pour espérer la trouver, Palmer sait qu’il lui faudra atteindre des profondeurs jamais encore explorées. Et si elle n’existe pas, sa combinaison de plongée sera son sarcophage.

Lectures idéales de vacances de fin d’année 😉

M. Atgé, documentaliste

Festival du court métrage des jeunes 2019

Les élèves du Ciné-Club du lycée René Cassin ont reçu un des douze prix de la sélection du Festival du court métrage des jeunes de Gonesse pour le film “Destins Liés”.

La vidéo sur cette page, avec les autres courts-métrages de la sélection 2019 :

http://www.ville-gonesse.fr/content/festival-du-court-m%C3%A9trage-des-jeunes-2019

“Destins liés” en lecture directe :

Scénario et réalisation de Néha Sougoumar, Ezda Akyuz, Marie-Elodie Ipekoglu et Yacine Erradji.

Avec Ezda ‘Kemran’ Akyuz et Marie-Elodie Ipekoglu dans les rôles principaux.

 

Le ciné-club du Lycée René Cassin est animé par M. Guillaume Atgé, Professeur-documentaliste, en partenariat avec le cinéma Jacques Prévert de Gonesse.